Pourquoi faut t-il faire des compétitions de jiujitsu brésilien?

Il est temps de démystifier les compétitions.  Même si l’objectif de votre vie n’est pas de devenir champion du monde sachez que participer à quelques tournois dans l’année vous fera progresser de façon retentissante.  Non, les compétitions ne sont pas réservés à l’élite, personne ne vous demande d’atteindre le niveau des top 10 mondiaux. Les organisateurs vous attendent à bras ouvert pour venir participer à leurs événements alors ne les faites pas languir, inscrivez vous et cessez de détourner le regard à l’entente du mot COMPÉTITION.

 

Savoir combattre sous la pression

Ça serait mentir que de vous dire que les tournois sont une promenade de santé et que l’on peut y aller les mains dans les poches. Bien sur que le challenge y est présent, les participants sont pour la plupart ultra motivés à recueillir les médailles et les éloges de leurs équipes. Mais avant de regarder du coté des participants que vous allez affrontez sachez que le principal ennemi de la compétition c’est vous-même! Participer à une compétition c’est être capable d’affronter ses peurs, ses propres doutes etc… Les rencontres sportives vous mettront face à tout ça à la fois et si vous surmontez ces obstacles vous aurez fait un énorme chemin. Quand vous mettez le pied à un tournoi vous êtes hors de votre académie, c’est un saut vers l’inconnu dans lequel les visages sont peu familiers, les combats ont cette fois ci un enjeux, dans les gradins l’ambiance est survolté ça crie dans tous les sens, des équipes entières viennent supporter leurs combattants, c’est littéralement le feu! Vous n’êtes clairement pas dans votre zone de confort. Mais sachez que vos adversaires sont dans le même bateau que vous, cela ne se voit pas forcément sur leurs visages mais ils doivent également gérer la pression,  par exemple certains vont écouter de la musique pendant d’autres vont se focaliser sur leurs respirations, chaque personne tente de maitriser le mental à sa manière.

Quasiment presque tout le monde stresse en compétition, que ce soit le compétiteur confirmé ou le novice, si ce n’est pas une semaine avant le jour j et bien ça sera 10 minutes avant le combat.

Il arrive que des lutteurs ayant l’habitude d’être des tueurs durant les entrainements au club se retrouvent submergés par leurs émotions et ratent leurs compétitions par manque de lucidité. L’inverse arrive aussi également, ceux qui avaient l’habitude de prendre des raclées aux entrainements se surpassent en compétition en devenant de véritables inquisiteurs avec leurs adversaires.Avec de l’expérience ce stress se change en adrénaline la pression galvanise et rend meilleur les performances.

Le test ultime

Je ne vous conseillerai pas de tester votre « jiujitsu » aux abords des boites de nuit vers 4h00 du matin en cherchant à créer une rixe ça serait vraiment irresponsable. En revanche si vous souhaitez savoir réellement ce que vous valez dans une situation ou votre adversaire est motivé pour arracher quelque chose et bien la compétition est faite pour vous. A l’issue de ce test vous saurez ce que vous valez réellement face à une vrai adversité et tout cela avec un minimum de risques pour votre vie.

Dans certains clubs sportifs le professeur ne donne pas de ceintures supérieurs tant que les élèves n’ont pas prouvés ce qu’ils valaient en compétition, j’estime qu’il s’agit de la manière la plus objective pour juger des capacités d’un pratiquant. Personne n’ira contester votre remise de ceinture si vous avez montré vos capacités sur le terrain.

 

Changer son rapport avec la défaite

Il y’a une phrase qui illustre très bien la façon dont il faut aborder les compétitions: « Je ne perds jamais, soit je gagne soit j’apprends », il semblerait que cette phrase soit de Nelson Mandela mais j’ai la flemme de vérifier. C’est toujours un peu amer de perdre des combats, cependant il faut parfois relativiser et comprendre pourquoi on a perdu afin de revenir plus fort pour les prochaines fois. Les leçons ne sont terminent jamais dans les arts martiaux, on apprend jusqu’à la fin de sa vie.

L’attitude qu’il ne faut pas avoir quand on perd:

Vous avez perdu votre première compétition, vous ne vous attendiez pas à rencontrer une telle intensité de combat, toute la semaine vous avez stressé, vous n’avez pas dormi la veille du jour j pétrifié par la peur, c’est décidé, vous n’allez plus remettre les pieds dans ce merdier, qu’on ne vous parle plus des compétitions.

L’attitude qu’il faut avoir quand on perd:

Vous avez perdu votre premier combat en moins de deux minutes. C’est l’heure de rentrer chez soi vous êtes perdant, mais vous relativisez, vous savez à présent quelles sont vos points forts et vos point faibles, vous n’allez pas repartir à la bataille le mois prochain, mais une chose est sur c’est que vous êtes déterminé à améliorer tout cela pour prendre votre vengeance!

 

Les excuses les plus bidons pour ne pas faire de tournoi

Pour esquiver les tournois sportifs certains pratiquants ont recours à des excuses, voici un petit florilège de ce que l’on peut entendre:

J’ai pas le temps: Une saison sportive de JJB c’est comme la période scolaire, ça démarre vers septembre et ça se termine aux environs de juin. Les compétitions ont généralement lieu le samedi ou le dimanche, dire que l’on a pas le temps de se caser 2 ou 3 compétitions sur 10 mois est un sacré mensonge (SURTOUT SI ON HABITE EN ILE DE FRANCE….). En plus en cherchant correctement sur internet on trouve des calendriers avec des dates de rencontres, tout cela est publié plusieurs mois à l’avance.

Je ne suis pas prêt:

Mangez correctement pendant un mois, soyez régulier dans vos entrainements, fixez vous des objectifs techniques, fortifiez vos points faibles et renforcez vos points forts, en agissant comme cela vous serez prêt pour la prochaine compétition.

Je suis trop vieux pour ça:

Vous êtes vieux pour les compétitions mais pas trop vieux pour venir 2 à 3 fois par semaine au club pour faire un sport de préhension qui peut vous blesser? Il y’a des compétitions par âge si ça peut vous rassurer, au sein de la fédération IBJJF il existe par exemple une catégorie pour les plus de 56ans. Ici aucun risque pour les papys de la soumission de rencontrer un jeune fougueux.

J’ai pas le niveau:

Bossez pour avoir le niveau.  Il  vous suffit de manger correctement, d’être régulier aux entrainements, de se fixer des objectifs techniques, de fortifier vos points faibles et de renforcer les points forts en agissant comme cela vous serez prêt pour la prochaine compétition

NOTA BENE : Souvent les personnes qui disent « ne pas être prête » pensent qu’il faut « avoir un niveau élevé » pour participer à une rencontre sportive.  Qu’est ce que veut dire avoir un « niveau élevé »? Si vous êtes un débutant et que vous avez une année de pratique régulière vous connaissez forcement plein de choses. Pour faire vos premiers pas vous pouvez viser une compétition « pour débutant » par exemple. Dans vos premières compétitions n’oubliez pas que votre principal ennemi sera le stress, si vous ne gérez pas votre mental votre niveau technique ne vous servira a rien. N’attendez pas la ceinture noire et la 6eme dan pour vous lancer car la chute pourrait être terrible. J’ai déjà observé des ceintures violettes ou marrons effectuer leurs premières compétitions dans des circuits NEWAZA (voire plus bas) et se faire éjecter par des ceintures bleu voire blanche. Pourquoi? Ces « ceintures dites inférieures » avaient déjà eu plusieurs expériences en circuit compétiteur….

 Les excuses valables pour ne pas faire de compétition:

En dehors d’un évènement familial, d’une blessure, ou d’un impératif professionnelle il n’existe aucune excuse pour ne pas faire de compétitions. ps: l’excuse d’un rdv avec une « Scarlett Johansson » peut exceptionnellement vous dispenser de combattre.

Le mythe du tournoi coupe gorge

La peur de perdre en prenant une sacrée raclée est une des raisons pour lesquelles beaucoup de pratiquants désertent les compétitions. Pourtant des raclées tout le monde en prend à l’entrainement et personne n’en meurt . Excepté pour les plus talentueux d’entre nous il est statistiquement quasi impossible de rentrer dans le circuit compétiteur sans jamais perdre les premières fois. Pour les plus frileux des rencontres sportives sachez qu’il existe des tournois adaptés à votre « niveau » je vais vous les présenter par niveau de difficulté:

  • Niveau « facile »:

Compétitions par ceintures, poids et âge : Je mets volontairement des guillemets au mot facile, car  même si c’est le format idéal pour débuter la compétition le challenge sera au rendez vous, les participants ont bien l’intention d’être sur les marches du podium. Cela dit vous allez rencontrer des gens qui ont la même couleur de ceinture que vous, vos adversaires auront a peu près le même poids que vous et normalement la même tranche d’âge que vous, chez  certains organisateurs de rencontres sportives c’est presque du sur mesure que l’on vous propose.

  • Niveau intermédiaire:

Absolut: En général pour participer à ce type de format les organisations sportives exigent que les participants soient sur le podium. En absolut les participants ont remportés les principaux combats dans leurs catégories de poids ils ont donc tous la même couleur de ceinture et la même tranche d’âge par contre le seul « hic » (ou pas) c’est que toutes les catégories de poids sont confondues. On peut donc  assister à des rencontres digne de David contre Goliath ou un petit bonhomme de 57kg affronte un gros monsieur de 110kg.

  • Niveau difficile:

Newaza: Sous le circuit Newaza les choses se compliquent encore un peu plus. Les participants sont ici triés uniquement par poids, concernant l’âge il y’a une catégorie junior pour les moins de 18 ans et une autre qui reprend tout le reste! En newaza il n’existe pas de catégorie de ceintures tout les grades se rencontrent, de la ceinture marron de judo en passant par la ceinture blanche ou noire de jiujitsu brésilien. C’est sous ce circuit que le fossé entre les participants est le plus flagrant.

  • Niveau « divin »:

Les compétitions par invitations: Avec ce format c’est la crème de la crème qui se rencontre, à moins d’être soi-même un coupeur de tète certifié il y’a aucune chance d’y participer. On assiste souvent à des « superfights » dans lequel des grands noms s’affrontent, on peut également avoir aussi des combats par équipe.

 

Vaut mieux perdre maintenant que plus tard:

Partons du principe que vous êtes anonyme et inexpérimenté, perdre en compétition aujourd’hui ne vous coutera rien du tout, vous n’avez pas de palmarès à défendre, aucun magazine n’ira relayer votre éventuel défaite.

L’enjeu de la compétition est par contre plus fort pour un athlète connu car le public s’attend a ce qu’il fasse de grosses performances et l’athlète de renom sait que les critiques arriveront vite si il perd (surtout si c’est contre un anonyme). Profitez de votre ceinture blanche c’est l’une des meilleurs ceintures vous êtes en début de formation, on excuse toujours tout aux « white belt » profitez en! N’oubliez surtout pas la fameuse phrase citée plus haut: « Je ne perd jamais, soit je gagne soit j’apprends »

 

Culture de la gagne

Mon professeur m’avait dit un jour qu’une compétition c’est l’équivalent de 5 entrainements. Même si la compétition auquel on participe s’avère être un échec en terme de résultat on obtient toujours une avancée en terme de progression. A votre retour de compétition vous serez deux fois plus fort, c’est une certitude. Le fait de s’inscrire à la compétition et d’y aller est aussi un exercice positif pour s’entrainer à avoir le mental de guerrier, c’est une petite victoire contre les pensées négatives qui peuvent venir pourrir votre esprit combattif. Pensez à tout ceux qui auront rebrousser chemin le jour j et qui auront mis leurs courage dans un sac.

Beaucoup de personnes vous diront: « le mental soit tu l’as, soit tu l’as pas ». C’est vrai, certaines personnes ont la chance d’avoir cette culture de la gagne en eux depuis tout jeune, cependant d’autres l’ont également développés au fil des échecs successifs et des victoires, tout est une question de travail et de persévérance, nous ne sommes pas obligés de vivre éternellement avec nos défauts tout peut être corrigé. De nos jours on aime avoir des résultats rapides et à la moindre contrainte on rebrousse chemin, hors les vrais gagnants ne se laissent pas abattre par les obstacles car ils pensent sur le long terme, ils savent qu’ils seront champions à un moment donné et qu’il ne s’agit qu’une question de temps  pour que la consécration arrive. Ils vont célébrer chaque petite victoire remporté contre les embuches qu’ils surmontent en sachant que le meilleur est à venir.

 

Changement d’hygiène de vie

La compétition ça va améliorer votre quotidien vous allez être obligé d’abolir vos mauvaises habitudes. Vous devez préservez votre condition physique pour le jour j et pour cela vous allez privilégier une alimentation saine et équilibré. Avec la compétition les  4 soirées hebdomadaires pizza soda devant la Playstation seront terminé. Vive les légumes et les fruits! La recharge de vos batteries est également importante vous allez   arrêtez les nuits blanches  à déambuler sur les réseaux sociaux.

 

Les voyages

Vous n’avez certainement pas attendu le jiujitsu brésilien pour effectuer des voyages, mais ce que l’on nomme le « gentle art » sera une raison de plus pour visiter le globe. Eh oui en dehors des compétitions locales il y’a aussi beaucoup de compétitions qui se déroulent à l’étranger c’est une belle opportunité pour faire de belles rencontres sportives et ramener des jolis trophées mais c’est également l’occasion de visiter plein d’endroits.Pour ceux qui habitent en Europe il y’a  des destinations très facilement accessible je pense notamment à Lisbonne, Londres, Madrid, Amsterdam, Berlin. Ne croyez pas non plus que le niveau des compétitions sera radicalement supérieur à ce qui se passe dans l’hexagone, vous trouverez des évènements pour tout niveaux. Si vous vous préparez comme il le faut vous aurez la possibilité de mettre vos meilleurs kimonos aux 4 coins du globe.

Voici une liste non exhaustive des compétitions qui peuvent vous permettre d’aller aux 4 coins du mondes

https://www.bjjee.com/articles/top-10-most-prestigious-jiu-jitsu-tournaments-for-competitors/

 

Rencontrer d’autres passionnés

Au bout d’un certain temps à force de participer aux compétitions vous allez rencontrer les même têtes, les mêmes clubs, parfois des amitiés se feront au fur et à mesure, on va peut être même vous inviter à venir vous entrainer dans d’autres académies. Il n’est pas rare que des adversaires ayant lutter 10 minutes pour la première place deviennent potes après la bataille.

J’espère que cet article vous a suffisamment donné des arguments pour tenter l’aventure! On se retrouve sur le tapis OSS!

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *