Test du kimono de jiujitsu brésilien : Hayabusa Stealth Pearl Weave

Ce n’est pas toujours évident d’acheter un kimono surtout lorsque l’on débute dans ce type d’achat. Comme tout le monde avant l’achat de la tenue convoitée je me renseigne  sur les réseaux sociaux et divers forums afin de me faire une opinion sur la notoriété et le sérieux de la marque désirée. Si les avis recueillis sont positifs j’achète!

Je vais vous présenter 2 kimonos provenant de la marque Hayabusa que je me suis procuré en mai 2017.  Il s’agit du même modèle (le Stealth Pearl Wave Keikogi) sous deux couleurs différentes. A l’heure ou j’écris cet article  Hayabusa ne vend plus ces deux Gi (kimono)  le modèle a été mis à jour en changeant quelques petits détails. Le remplaçant  s’appelle désormais « Lightweight Pro ». Hayabusa a plutôt bonne réputation dans le monde des arts martiaux, la marque a été popularisé a un moment donné par Georges Saint Pierre, une légende du mma. Si vous voulez jetez un coup d’œil sur cette marque je vous invite à rajouter le mot brand, mma ou bjj lorsque vous effectuerez votre recherche Internet car sinon vous tomberez  sur des modèles de moto Suzuki Hayabusa…

 

Les deux kimonos Hayabusa STEALTH PEARL WAVE

Poids du kimono:

En ce qui concerne le poids des Stealth Hayabusa  j’affirme  qu’ils sont vraiment léger, ils font approximativement 1.3kg chacun, on ne ressent pas le poids de la tenue. Avec ce kimono on ne suffoque pas même après 1heure de combat on respire vraiment bien autant en hiver qu’en été. On n’a pas non plus l’impression de s’alourdir lorsque le kimono s’imbibe de sueur.

Dans mes critères d’achats la légèreté du kimono vient en première position, il est hors de question de porter une armure qui m’alourdit de 5kg en plus, cela peut être particulièrement handicapant pour la liberté de mouvement, les compétiteurs approuveront mon choix car parfois lors de la pesée certaines organisations exigent que l’on se pèse avec le kimono… Je n’achète pas non plus les kimonos de judo, ils sont autorisés pour la pratique du jiujitsu mais je n’aime pas leurs coupes ils sont souvent trop amples, ils sont également souvent trop épais on a vite chaud avec. Cela dit les kimonos de judo sont très résistant et peuvent être désagréable pour les doigts de l’adversaire lors des saisies.

Coupe:

Je commande souvent sur internet mais je dois avouer qu’en matière de sape je suis de la vieille école, je préfère  essayer avant d’acheter, du coup j’ai chopé ces kimonos dans un magasin sportif lors d’un voyage à l’étranger. Mesurant 1m70 pour 69kg j’ai opté pour du A2. La coupe a été parfaite des le début et avec le temps ça s’est affiné encore plus j’y reviendrai plus bas… Ça parait être une évidence mais prendre un kimono à sa taille c’est vraiment important, si le Gi est trop grand et bien on se fait tirailler facilement dans tout les sens via les tirages de manche, col, lapel, etc la tenue sera donc une arme que l’adversaire pourra utiliser contre vous facilement. Si la tenue est trop étroite et bien en plus de la dégaine ridicule à assumer vous allez également avoir des soucis de liberté de mouvement. (N’oubliez pas que certains kimonos rétrécissent après le lavage, avant l’achat pensez à vérifier si le kimono est déjà pré-rétréci).

kimono jiujitsu BLANC

Prix:

Quand on aime on ne compte pas… je confirme. J’ai acheté ces deux kimonos les yeux fermés. D’habitude je me renseigne sur internet avant d’acheter, pour ce coup ci je n’ai pas eu forcement envie de faire mon enquête habituel,  en arrivant à la boutique de sport j’ai eu un coup de cœur pour les deux modèles. A l’époque ces modèles valaient 140 euros… et bien je n’ai pas hésité à prendre la version blanche et la version bleu.  Il y’avait pourtant des kimonos moins cher avec une qualité très certainement équivalente, cependant après de longues minutes à déambuler seul les kimonos Hayabusa me semblaient dignes de faire partie de mon dressing. Cela peut paraitre idiot mais un bon kimono ça peut motiver à aller s’entrainer, mieux vaut mettre la somme pour quelque chose que l’on aime vraiment plutôt que de choisir un article qui n’a pas couté cher mais que l’on a honte de porter.

Hayabusa pantalon

Esthétique:

Visuellement ce kimono est bien réussi il dégage une certaine classe sur le tatami. La typographie sur les épaules par exemple n’est pas grossière, le logo sur le torse gauche est plutôt bien réussi et discret. Le kimono arrive a avoir du « caractère » tout en ayant un style épuré. En général je n’apprécie pas trop les kimonos vendues avec une surcharge de patchs, d’inscriptions et autres fioritures qui prennent de la place, je n’aime pas ressembler à un arlequin, je préfère davantage un kimono avec un design simple qui laisse des grands espaces pour de la customisation.

Il existe aujourd’hui un vaste choix de kimonos pour la pratique du judo ou jiujitsu, on dénombre largement plus d’une centaine de marque différente voire lien ci contre :https://list.ly/list/nIe-list-of-every-brazilian-jiu-jitsu-gi-brand-slash-company  Ces marques se distinguent par leurs prix, leurs qualités, leurs raretés, les design et ce qu’elles véhiculent comme message. Vous allez forcément avoir au fil du temps une marque favorite.

Voici  les types de marques que vous rencontrerez sur ce marché:

  • Il y’a des marques de kimonos décalés voire totalement fantaisistes, ces marques vont  proposer des kimonos avec des couleurs bien flashy (jaune, vert pomme, etc) ou à l’effigie des héros de manga, super héros, la marque Modern Flow Brand propose par exemple en ce moment des kimonos Batman, Naruto, Tortue Ninja… Ces kimonos sont marrants à porter mais ne seront pas forcement admis en compétition par contre.
  • Les bonnes vieilles marques: Bad Boy, Manto, Bullterrier, Koral, Vulkan, Dragao, Krugans…etc Ce sont des marques installés depuis longtemps dans le paysage des arts martiaux, en général ces enseignes font de la bonne « came » et ont une bonne réputation, l’esprit de ces marques va droit au but: la castagne! En revanche certaines de ces marques ne sont pas facile à obtenir dans le sens ou leurs réseau de distribution n’est pas toujours étendue au monde entier, vous allez certainement trinquer niveau frais de port…
  • Les marques tendances: Bienvenue dans l’ère de la hype! Ce sont les marques qui ont un marketing bien particulier et que tout les drogués du jiujitsu s’arrachent « à prix d’or ». Elles sortent souvent des tenues de combats en édition limité, elles font des collaborations avec des artistes ou d’autres marques pour créer des vêtements qui sortent du lot au niveau du design. Autant vous prévenir que pour obtenir vos tenues ça va être parfois le parcours du combattant! On retrouve dans cette catégorie: Shoyoroll, Albino Preto, Hyperfly, Vhts etc… En dehors de la hype qu’il y’a autour de ces produits la on remarque que la qualité est également au rendez vous.
  • Les marques de débutants: Alors il ne s’agit pas de marques faite pour les débutants mais plutôt des marques financièrement accessibles, pas compliqué à obtenir et de bonnes qualités, on retrouve Tatami, Atama, Kingz, Fuji etc… Ces kimonos sont tous approuvés pour faire de la compétition sans problème.
  • Les kimonos premiers prix: En général quand vous débutez et que vous ne savez pas si vous allez aimer le JJB ou le judo vous vous dites: « A quoi bon dépenser 70 euros pour une tenue sportive que je vais certainement délaissé le mois prochain? » Ces tenues premier prix peuvent répondre à ce type de demande. Le prix de ces tenues ne dépassent pas les 50 euros, plutôt sympa pour les budgets serrés ou les indécis, cependant la qualité n’est pas forcément au rendez vous. On retrouve ces vêtements premier prix chez des gros distributeur de vêtements de sport, Décathlon, Go Sport etc.
HAYABUSA BLANC TOP
La qualité du tissu:

Avec mes anciens kimonos c’était toujours le pantalon qui se déchirait le premier, peu de temps après le haut suivait le même chemin, on peut toujours rafistolé la partie  qui a été arraché mais c’est souvent un signe que l’habit vit ses derniers moments. Concernant la résistance du modèle stealth pearl weave je peux vous confirmer que c’est du solide. Aucun craquage constaté depuis l’achat des deux Gi en mai 2017, pourtant ils sont sollicités au moins une fois par semaine voire deux quand je suis ultra motivé pour les entrainements. Les coutures ne se sont pas effilochés, les trois patch d’origine cousus ne se sont pas arrachés. Il faut dire que comme tout kimono qui se respecte des renforts ont été ajoutés sur les parties les plus susceptibles de craquer.

En ce qui concerne le vieillissement des tissus c’est satisfaisant. Il faut savoir que je n’ai pas de technique de lavage particulière pour chercher a faire durer les kimonos, j’utilise de la lessive en poudre, un zeste d’adoucissant et un lavage à 30 degré suivi d’un séchage via corde à linge basique. J’ai déjà eu certains kimonos qui devenaient rêche et cartonnée en prenant de l’âge, avec le Stealth Pearl Wave Hayabusa  le confort est toujours au rendez même après 1 ans et demi d’utilisation. Les couleurs ont certes un peu « évolué », le kimono blanc vire un peu couleur argent clair  je trouve que cela ajoute même un peu de style, et pour le kimono bleu il est juste moins vif et légèrement  terne.

Avec le temps les 2  kimono ont un peu rétrécis mais cela n’a pas eu d’impact sur le confort et la liberté de mes mouvement, je dirais que mes deux tenues sportives sont devenues des secondes peaux, l’ajustement est à présent parfait.

Même si il est difficile de savoir a l’avance si ce que l’on achète sera solide ou pas on peut tout de même avoir une idée du taux de résistance grâce à la façon dont le tissu a été tissé.

  •  vous avez généralement différents genres de kimonos qui sont classés par types de tissages:

Tissage Simple (Single Weave)

C’est le tissage standard. Il est également le plus léger et le moins cher. En revanche c’est aussi le moins résistant.

Tissage Perle (Pearl Weave)

C’est un type de tissage identique au précédent mais plus épais, une bonne partie des kimonos sont fabriqué en pearl weave, d’ailleurs les deux kimonos testés ont été constitués de cette manière.

Tissage Double (Double Weave)

Ce type de tissage est  le plus épais et le plus résistant, on dit double weave parce que les fils du kimono sont tissés deux par deux. Bien évidemment les kimonos fabriqués de cette façon sont parmi les plus chers mais au moins vous sur de porter du solide.

Tissage Gold (Gold Weave)

Le tissage Gold est un mélange du Double Weave et single weave, le but est d’allier une épaisseur conséquente pour durer longtemps tout en ayant le poid d’un tissage simple. Le prix des Gold Weave est également plus élevé que les deux premiers types de tissage cités plus haut.

HAYABUSA BLEU
Bilan:

Je ne regrette pas d’avoir déboursé 280 euros pour acquérir ces deux kimonos, la longévité et la résistance du tissu est excellente, je suis sur de continuer à rentabiliser cet achat sur peut être 2 ou 3 ans encore. J’espère que le remplaçant du Stealth Keikogi le dénommé  Lightweight Pro Gi Hayabusa est du même acabit que le premier car si c’est le cas je vous le conseille fortement.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *